Démons, Anges, Humains, Shinigamis, qui que vous soyez, Londres vous tends les bras!
 
anipassion.com
Partagez | .
 

 Petit nonos pour un petit toutou ? [PV : Tony]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
MessageSujet: Petit nonos pour un petit toutou ? [PV : Tony]   Lun 5 Aoû - 20:42





Tony Chelse



Petit nonos pour un petit toutou ?

Le monde paraissait si étrange vu du Ciel. Les nuages brouillaient sa vue, seules quelques formes s'offraient à sa vue. Le vent lui fouettait le visage, ses yeux s'embuaient sous cette agression. Ses ailes étaient ouvertes. Il se laissait portait par le vent, les yeux fermés. La liberté de voler lui avait été volée durant de trop longues années. Cette pensées amena une subite tension dans ses ailes qui se tendirent brusquement. Le faux mouvement l'amena à chuter. Plus il tarderait à se rééquilibrer, plus il prendrait de vitesse, et plus les probabilités de finir écraser sur terre s'élevaient. Il ajusta sa position et se trouva à planer de nouveau. Il ne pouvait voler n'importe où, devant se contenter de suivre les nuages. Cette restriction l'énervait. Pourquoi devoir prêter attention aux êtres humains, garder leur existence secrette ? Ils ne pouvaient de toute faon rien faire contre eux, ils étaient bien trop faibles pour cela.

Eyael prépara son atterrissage dans un bosquet, à l’abri des regards. A la seconde où il posa un pied au sol le manque l'envahit et il regarda le ciel avec envie. Soupirant, l'ange se résigna pourtant à rentrer ses ailes. Au sol il ramassa la chemise qu'il avait laissé là plus tôt et se mit en chemin. Il était six heure et c'était son tours d'ouvrir la bibliothèque. Évidemment il n'était pas le seul employé, mais le matin il n'y avait généralement pas grand monde. Moins on paie de personnel, mieux on se porte. Cela importait peu à Eyael. Il n'avait pas besoin d'argent et au moins il pouvait lire tranquillement, mais il aurait tout de même préféré voler un peu plus.

En chemin, l'ange ne put empêcher toutes sortes de questions l'envahir. Pourquoi faisait-il cela déjà ? Se mêler à la civilisation ? Pour mieux comprendre, mieux atteindre sans doute. Dieu que ça l'énervait pourtant ! Ces êtres méprisants et méprisés n'étaient que paperasse pour les Shinigmais, garde-manger pour les Démons, et pour les anges … qu'étaient-ils pour eux ? En théorie, une source de pouvoir. En pratique, une source d'emmerdes. Peu importe comment on présentait les choses, au final ce n'était rien d'autre. Origine de nombreux conflits, ignorants du monde qui les entours tout en se prenant pour Dieu. Si seulement ils savaient de quoi ils parlaient …

L'ange arriva finalement en ville en traînant des pieds. Toutes ces pensées ne l'avaient pas mis de bonne humeur. Son pied heurta un trottoir de manière peu cordial, offrant alors aux passants le magnifique spectacle d'un homme insultant une pauvre pierre. « Ta mère aurait honte qu'tu fasses le trottoir alors me r'garde pas comme ça ok ? ». Magnifique. Grommelant, l'ange abandonna la pierre pour continuer son chemin, mais son attention fut retenue par une étrange odeur. Il la connaissait et pourtant il ne saurait dire d'où elle venait. Elle évoquait une certaine nostalgie. Fronçant les sourcils, Eyael chercha le coupable des yeux, mais dans cette foule c'était loin d'être facile. Il se concentra un peu plus et suivit ses sens. A cet instant, il était comparable à un chien.

Il arriva finalement à repérer le coupable, au bord d'une fontaine au centre de la place. C'était un homme aux longs cheveux noirs. Du point de vue de l'ange, il dégageait une aura irrésistible qui donnait l'envie de lui sauter dessus à la seconde même. Il s'approcha un peu plus, méfiant quant à la réaction que produisait chez lui la présence de cet être étrange, car s'il ne dégageait pas ce doux fumet, Eyael ne l'aurait probablement pas remarqué. Il semblait sale, négligé, les bras trempant dans l'eau de la fontaine. Et pourtant … C'est alors qu'il comprit. Cette odeur, c'était celle d'un Métaphore ! Les avantages de ne pas être humains étaient nombreux, et parmi tous figurait le fait de pouvoir sentir la nature d'un interlocuteur. Soudainement excité, Eyael s'avança vers lui, un grand sourire aux lèvres.

« Qui es-tu ? Je veux dire, comment t'appelles-tu ? Oh et de quelle race es-tu ? T'es un méta ça je sais, mais tu me comprends. Ah quoi que ... »

Tous les Métas ne parlaient pas après tout. Eyael se sentit légèrement stupide, mais pas découragé pour un sous. Il reprit donc en articulant chaque syllalbe.

« Est-ce – que – tu – parles ? Je – suis – Eyael. Et – toi ? »

Eyael se retenait de lui sauter au cou et de lui faire des papouilles partout partout partout. Il aimait tellement les Métas et ne pouvait s'empêcher de devenir complètement Gaga quand il en voyait un.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Petit nonos pour un petit toutou ? [PV : Tony]   Mar 6 Aoû - 4:57



Un Nonos ? Ou ça?! *o*





L
a faim, le froid, la pluie, la chaleur, la soif, l’ennuie… Que c’était facile quand on avait quelqu’un avec qui le partager. Hélas, cette fois-ci encore il était de nouveau seul à combattre ces choses-là en espérant inlassablement qu’elles disparaîtront bientôt.

Encore une nuit à passer dans une ruelle, cacher parmi les ombres, les cageots et les poubelles. Un grand carton lui avait fait office de maison et un pommeau de cane cassé, de balle à jouer. Qu’il n’aimait pas cette vie sans son maitre, qu’il regrettait l’époque du domaine, du grand jardin, des jeux avec les bêtes et des rires avec les autres domestiques… Qu’étaient-ils devenue d’ailleurs ? Son seigneur avait du s’en séparer, un par un, avant de laisser aussi sa demeure, puis sa vie. Avaient-ils réussi à se trouver un nouveau travail ?

Atchoum !

Pas de chance, voilà qu’il était tombé enrhumé. Sous l’effet de l’éternuement, sa queue touffue s’était révélée, fouettant dorénavant à grand coup le pauvre mur cartonné. Décidément, ça n’allait pas être un bon jour.

Dix minutes… Dix minutes à dandiné des fesses et à se concentrer au maximum pour redevenir totalement humain et voici qu’un nouvel éternuement, cette fois, lui laisse sortir les crocs puis un nouveau pour les oreilles. Non vraiment, il y à des jours ou il ne faut vraiment pas se lever…

Combien de temps encore il passa pour cacher tout ça ? Je ne compte plus… Après tout un tas de tentatives, oreilles et crocs avaient disparut mais la queue avait fait son grand retour. Soit, tant pis, le manteau rapiécé de son ancien maitre était bien assez grand pour lui cacher de toute façon. Désormais bien réveillé, se fut un autre problème qui attira son attention : la faim.

Toutes les poubelles de la ruelle avaient déjà reçus sa visite, ne restaient que des restes de salades noirci, une vieille chaise en bois cassé et tout un tas de papier déchiré. Si il pouvait toujours se faire les dents sur les morceaux de bois, ce n’est pas ça qui allait lui remplir l’estomac. Justement, le voici qui se mettait à grogner du fond de son ventre, réclamant cette fois un repas décent et non pas un reste ou un rat attraper par chance.

Vérifiant bien que sa queue rebelle restait invisible sous l’étoffe du vieux manteau, voici donc notre louveteau à la recherche de quoi manger. Levant le nez, il chercha les odeurs avant de s’apercevoir qu’il ne sentait absolument rien ! Fichu rhume, non seulement il lui changeait son apparence à chaque éternuement mais en plus, le voilà qui le privait de son odorat ! Tony ne put s’en retenir un grognement de mécontentement : non, vraiment, s’était une très très mauvaise journée.

Bon, au moins, il lui restait encore l’Ouïe… tout en marchand, il releva un vieux foulard sur son nez et sur sa bouche pour cacher les crocs sortit par un nouvelle éternuement, l’oreille au aguets de la moindre chose intéressante. Tient, celle là parlait de son amant, celui-ci de son travail, celui-là d’une lois qui devrait être créer pour dégager les rues des mendiants… De quoi bien se sentir visé non ? Posant son regard sur l’homme au loin, il songeât à lui mordre son noble popotin avant de lui emprunté à très longue durée son portefeuille, mais une petit « plouf » lui fit tendre l’oreille vers la fontaine.

Une femme et sa fillette jetaient des pièces dans l’eau claire, murmurant à voix basses leurs vœux : une nouvelle poupée pour la demoiselle, un nouveau mari pour la madame. Drôle de coutume, celle-là, que de jeter l’argent dont tant d’autre avaient besoin pour un vœu qui ne se réalisera sans doute pas. Le maitre à Tony, lui, ne jetait jamais rien: l’argent, s’était précieux, autant que la vie lui avait-il dit. Si au début il n’avait rien comprit à ses paroles, maintenant oui, il s’apercevait à quel point ses petites pièces étaient précieuses.

Le temps d’arriver d’un pas tranquille à la fontaine, les femmes avaient disparut, laissant deux belles petites rondelle d’argent au fond de celle-ci. Remontant les manches du manteau, le métamorphe glissa ses mains dans l’eau fraiche pour aller les chercher. Se fut son ouïe, encore une fois, qui lui servit de radar, jugeant l’approche plutôt rapide d’une personne. Relevant ses yeux actuellement grisé sur lui, il ne le lâcha pas du regard tout en récupérant entre ses doigts les deux petites pièces.

Tout en écoutant d’une oreille, il le dévisagea : de longs cheveux blanc, des yeux jaunes, un teint de porcelaine… pas humain à coup sur mais sans son flair, impossible de savoir quoi. Un méta peut-être ? Tony ayant passé la majorité de se vie planquer dans un domaine, il ne connaissait finalement que les humains et les métas. Anges, démons et shinigamis ne lui disait rien, si ce n’est de noms, mais n’en connaissait ni l’odeur, ni les caractéristiques. Ce qu’il connaissait d’eux n’était que contes et légendes, le genre d’histoires pour vous endormir le soir. Bien sur, depuis qu’il errait seul, de quartier en quartier, il les avait sentit, ses drôles d’odeurs sur des drôles de gens mais ses déplacement, guider par la faim, lui avait fait oublié toute curiosité pour ses gens peut ordinaires.

D’un coup, l’étranger changea. De question simple et dites clairement, il se mit à détacher chaque syllabe, comme si il parlait à un idiot :

« Est-ce – que – tu – parles ? Je – suis – Eyael. Et – toi ? »


Surpris, Tony se demanda tout de même si c’était toujours à lui qu’il parlait, vérifiant en tournant la tête qu’il n’y avait pas quelqu’un d’autre derrière lui. Personne. Pas de toute, c’était bien à lui qu’il demandait si il savait parler…

Sortant ses mains de l’eau avec ses deux petits trophée, il les secoua, éclaboussant un peu se cher monsieur au passage, avant de répondre, bien droit sur ses deux jambe pour détaler au plus vite en cas de soucis :

«  Je-peux-parler… que le ventre plein. »


Et hop, petit sourire tout mimi, quasi innocent, qui marchait si bien sur son maitre pour le calmer après une phrase qui lui plaisait pas. Qui sait, ça marchait peut-être aussi sur se genre de personne et si il pouvait récupérer de quoi manger aussi, c’est que finalement, cette journée n’aurait pas été aussi mauvaise que ça.

Crédit: Cali' in Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Petit nonos pour un petit toutou ? [PV : Tony]   Mar 6 Aoû - 17:49





Tony Chelse



Petit nonos pour un petit toutou ?

L'ange ne bougea plus durant cinq bonnes secondes, surpris par la réponse du Métamorphe. Il ne savait s'il devait se sentir énervé de se voir ainsi adresser la parole, ou s'il devait simplement fondre pour le petit minois qui s'offrait à lui. L'Ange aimait beaucoup les Métamorphes, et pas comme simples animaux de compagnie. Ce n'était pas de sa faute mais celle de sa libido qui réclamait un partage de fluides. Il ne pouvait pas aller en son encontre, ce serait cruel. Haaan ~ ce sourire à présent. Eyael sentait son sang bouillir dans ses veines. Comme s'il pouvait refuser quoique ce soit à ce p'tit bout de chou.

« Je vais t'acheter quelque chose ne bouge pas »

Il lui fit un grand sourire et passa rapidement sa main dans sa chevelure brune, l'occasion de se tenir un peu plus près de cet être fichtrement attirant. Il s'éloigna en direction de … de rien du tout, qu'est-ce qu'il pourrait bien lui acheter ? L'ange aperçu non loin un petit stand. C'était le nouveau mets à la mode, le Pain au Curry. Il fallait avouer que c'était bon, mais de là à devenir extatique devant un vulgaire pain fourré au poulet …Incompréhensible. L'ange du en plus attendre avant de pouvoir commander son repas, magnifique. Ces humains n'avaient aucune notion des bonnes manières. Ils auraient du le laisser passer, lui, l'ange, puissant, avait la priorité sur ces pauvres petites fourmis. Cette réflexion n'amena cependant aucune colère en Eyael. Sans doute avait-il apprit à vivre avec son amertume. Il pu finalement commander. Il en prit deux. Étant donné l'état du Métamorphe, il devait se trouver dans la rue depuis un moment et l'ange doutait qu'il ait pu manger correctement depuis un bon moment. S'il pouvait faire une bonne action aujourd'hui, pourquoi s'en priver ?

Ses deux acquisitions en main, il retourna aux côtés du bruns, s’assit sur les pierres et lui tendit l'un des deux petits pains ronds. En fait, il n'étais pas sûr que l'autre en mange, ce en quoi il se transformait influençant sans doute sur ses goûts, il devait préférer soit les légumes, soit la viande. A moins que ça ne lui soit complètement égale. Eyael se donna une claque mentale. Il n'allait pas non plus se prendre la tête pour savoir si l'autre aimerait ou pas, il avait déjà été bien aimable en lui trouvant de quoi manger. Ça n'avait pas été gratuit. Pour dire vrai, l'ange aurait bien aimé une compensation. Payer en nature. Malheureusement la vie ne marchait pas comme dans un récit érotique où tout était si facile. L'ange soupira intérieurement.

« Et maintenant tu veux bien parler ? Réponds à mes questions. Je veux savoir ton nom et ta race. »

Eyael exigeait les réponses et ne lui demandait nullement son avis. Oui il estimait les Métamorphes, mais il y avait tout de même certaines limites. Il se considérait encore supérieur à l'autre, d'autant plus que celui-ci avait désormais une dette envers l'ange. Comme dit précédemment, la nourriture n'était pas gratuite. Ses lèvres s'étirèrent en un sourire. Il attrapa une mèche de cheveux entre son pouce et son indexe et la laissa filer entre ses doigts. Ces cheveux, ce visage, cette bouche, tout l'attirait chez l'autre. Malheureusement ils étaient en public. Comme il regrettait d'être sous forme masculine à cet instant ! Une femme serait bien plus discrète. Malheureusement, même s'il pouvait trouver un moyen de se transformer discrètement, ses vêtements resteraient ceux d'un homme, et une telle chose serait bien mal vue. Pourquoi la société devait être ce qu'elle était ? Eyael planta son regard dans les ténèbres de son homologue.

« Explique moi comment tu as pu finir ainsi. »

D'un côté il était assez triste pour le petit, il n'aimait pas voir des Métamorphes seuls. D'un autre côté … Cette aura de misère qui l'entourait ajoutait grandement à son charme. Ce n'était pas très humain de penser ainsi, mais Eyael n'était pas humain, tout allait donc pour le mieux. L'ange se laissa absorber par le charme de l'autre, ses doigts s'enfonçant dans sa paume, sa lèvre se prit entre ses dents. Quelque chose goutta sur son pantalon. Il sortit brutalement de sa contemplation muette pour remarquer que ses doigts ne s'étaient pas enfoncés dans sa paume mais dans le pain au curry. Qui lui avait éclaté dessus. Et c'était très chaud. Il amorça un mouvement de recule avant de se rappeler que reculer équivaudrait à se retrouver les quatre fers dans l'eau. De justesse il se rattrapa au bord d'une main tandis que l'autre touchait le fond du bassin, résistant à l'envie de se rééquilibrer en sortant ses ailes – ce serait moyen niveau discrétion. Finalement il parvint à ne pas tomber et se redressa. Il passa sa main dans ses cheveux et poussa un long soupire, tentant d’essorer sa manche mouillée.

« Foutu curry. »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Petit nonos pour un petit toutou ? [PV : Tony]   Mar 6 Aoû - 18:43



Un Nonos ? Ou ça?! *o*





"J
e vais t'acheter quelque chose ne bouge pas »


Tony fit une mine surprise : non, sans blague, se serait si facile ? Il allait vraiment lui chercher de quoi se nourrir, comme ça, sans rien ? Hum… il devait y avoir une close caché non ?

Le voici qui se met à lui sourire, glissant rapidement une main dans ses longs cheveux. Ça lui rappelait d’un certain côté les tendre caresses de son maitre à tel point qu’il ne s’éloigna pas, non, au contraire, il resta tout sagement là, sans rien dire, tout à fait disponible pour de nouvelle caresse, mais voilà déja que monsieur s’éloignait.

S’asseyant sur le bord de la fontaine, il le suivit autant du regard que des oreilles, le voyant faire la queue à l’un des stands de Pain au curry. Il avait déjà eu la chance d’un gouter un léger morceau qu’il avait réussi à chiper à un chat errant. Rien qu’à l’idée d’en regouter, il se lécha les lèvres et sa queue fouetta l’air entre ses jambes. Refermant bien comme il faut son manteau pour le cacher davantage, il attendit impatiemment.

Long… que c’était long, du moins, à son point de vu ! Quand il revient enfin avec un pain dans chaque main, il se releva, fixant la nourriture mais ne la prenant que quand il lui tendit enfin. Bien qu’affamé, il ne se rua pas dessus, non, il le savoura à petite bouché comme si c’était la dernière fois qu’il pouvait en manger. Instinctivement, il serra les jambes, droit, pour y coincé entre sa queue, évitant qu’elle ne fasse voler le manteau à force de fendre l’air. Hum, pas de doute, c’était bien du poulet à l’intérieur…

Assis sur le bord de la fontaine, le très très gentil monsieur lui reposa du coup ses questions d’une autre façon. Sans s’arrêter de déguster ses festin, Tony plongea son regard dans le sien, se demanda si c’était lui qui se fessait des idées ou c’était bien plus un ordre qu’il venait de recevoir qu’une demande ? Le voilà d’ailleurs qu’il recommençait lui chopant une mèche entre ses longs doigts fins. Etait-il fétichiste des cheveux tout autant que son maitre l’était des métas ? Allez savoir, mais voilà qu’il lui demandait aussi de s’expliquer sur sa situation. Tony fronça légèrement les sourcils, terminant son pain : il trouver cet homme bien curieux, un peu trop même.

Et paf ! Le pain au curry qui éclate dans la main du pauvre être aux cheveux blanc, l’éclaboussant tout en l’envoyant presque dans l’eau. Heureusement, celui-ci s’était retenu d’une main, mais s’en trouvait avec un bras trempé et plein de tache de pain au curry. Tony ne put s’empêcher d'en rire, allons donc, le bon dieu punissait les curieux ?

N’empêche que ça allait être bien dommage de laisser finir au lavage le pain au curry qui se trouvait sur ses vêtements… lui prenant sa main sèche qui était plein de sauce et du reste du pain, il la lécha pour s’assuré que même éclaté, c’était toujours chaud, avant de lui donné tout de même les réponses qu’il souhaitait. Pauvre vieux bonhomme, il l’avait bien mérité après cette petite réprimande céleste pour ses questions trop poussé non ?

" Tony et race inconnu, suivit d’une très longue histoire, très très longues !"


Ba il ne pouvait pas dire grand-chose, à l’ origine, aucun papier n’attesté de sa naissance, sa race était hybride donc pas vraiment connu et c’était vraie que ça prendrait bien des heures pour expliquer… le vieux en avait-il le temps ? En attendant, Tony continuait à léchouiller la main de l'inconnu jusqu'à n'en laisser aucune miette, pas du tout gêné de quoi que se soit. il le faissait bien autrefois, avec son maitre et il ne s'était jamais fait punir, alors pourquoi se serait la cas là?


Crédit: Cali' in Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Petit nonos pour un petit toutou ? [PV : Tony]   Jeu 8 Aoû - 16:05





Tony Chelse



Petit nonos pour un petit toutou ?

Tss. Franchement, où avait-on vu que le pain au curry était facile à manger ? Il suffisait d'appuyer un peu pour qu'il éclate. Un gamin s'en mettrait partout à la seconde où il l'aurait dans les mains. En regardant autours de lui l'ange aperçu justement un enfant avec un de ces pains, et contrairement à ce qu'il pensait plus tôt, il arrivait parfaitement à le manger. Il plissa les yeux, souhaitant faire éclater le pain par la pensée. Son souhait ne fut malheureusement pas accordé et il adressa une petite prière à Dieu en le traitant de tous les noms d'oiseaux. Et bien quoi, qu'est-ce qu'il pouvait lui arriver de pire qu'avoir une tâche jaunâtre sur sa chemise, un reste de pain dans la main et un bras trempé ? Bras qu'il tentait toujours d'essorer sans succès d'ailleurs. Ah, si. Rajoutez un Métamorphe qui se fou de votre gueule impunément et tout sera parfait.

Si ça n'avait tenu qu'à lui, Eyael l'aurait certainement frappé sur-le-champ, mais ils étaient encore et toujours en public. Cependant quelque chose d'autre calma ses ardeurs tout en en réveillant d'autres. Le métamorphe lécha les restes de nourriture sur sa main d'une manière si aguicheuse que l'Ange sentit ses hormones se réveiller douloureusement. Ses joues devinrent légèrement rouges alors qu'il observait le brun. Il ne reprit ses esprits que lorsque l'autre prit la parole, mais à cet instant sa race et son histoire l'importait peu, seul son prénom prenait de l'importance, qu'il puisse le murmurer au creux de son oreille.

« Suis moi. »

L'ange lui attrapa le poignet, serrant juste assez pour qu'il ne s'enfuit pas, et l'éloigna de la foule, l'amenant dans une impasse et le plaquant contre le mur. L'une de ses mains vint caresser sa joue tandis que l'autre maintenait le Métamorphe par l'épaule. Eyael s'approcha encore un peu plus et lui souffla à l'oreille.

« Et bien, Tony, je serais curieux d'entendre cette si longue histoire, cependant rien ne presse. Pour le moment j'ai d'autres projets en tête vois-tu. »

Il éloigna sa main de sa joue et attrapa une nouvelle mèche noire, l'amenant cette fois-ci à son propre visage, s'imprégnant de son odeur. Le pauvre vivait sans doute dans la rue et son hygiène ne devait pas être pas parfaite, mais cela importait peu à l'ange, car ce qui le mettait dans cet état était le côté sauvage de l'hybride. Eyael ferma les yeux quelques secondes, et lorsqu'il les rouvrit, sa poitrine avait poussé, son visage s'était affiné, sa voix était devenue féminine. La seule chose qui n'avait pas changé était la chaleur présente dans son bas ventre. L'ange se colla au Métamorphe et du cette fois-ci lever la tête pour contempler son visage. Peu importait ses vêtements masculins à présent qu'ils étaient seuls.

« Dis moi Tony, t'as-t-on déjà initié au plaisir ? » La nouvelle femme glissa son doigt sur les lèvres du Métamorphe. « Vois-tu, je suis un ange et en tant que tel, je peux t'apporter des sensations que tu n'imagines même pas exister. » Elle sourit. « Préfères-tu les hommes ou les femmes, Tony ? »

Diable que ce nom sonnait bien. Si l'Ange ne comprenait pas que l'on puisse vendre son âme pour une simple vengeance, elle envisageait parfaitement qu'un pacte puisse être conclu pour goûter au plaisir de la luxure. Pouvoir tremper ses crocs de temps à autres … quelle incroyable expérience, que ce soit sous la forme d'un homme ou d'une femme. Le plaisir restait le même. Un échange bestial d'émotions et de fluides, le tout dans un mélange aphrodisiaque de transpiration et de sexe.

« Alors ? »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: Petit nonos pour un petit toutou ? [PV : Tony]   Ven 9 Aoû - 4:35



Un Nonos ? Ou ça?! *o*





N
i le temps dire oui, ni le temps de dire non, voilà que la main léchouillé s’enfuyait loin de sa langue pour finalement lui attraper le poignet. C’est à peine si le méta fit attention au « suis-moi » qui précédé son déplacement, guider par le monsieur au curry, vers l’une des impasses. Il aurait put tenter de fuir, sans doute, si il avait eu la moindre petite idée des pensé du Mister aux cheveux blanc, mais dans les siennes, son visage était désormais associé au pain au curry. Le pain au curry étant une bonne chose, ce gens là ne pouvait que l’être aussi : logique imparable !

Paf, le voilà plaquer au mur. Ce simple geste, même si il n’était pas aussi brutal que ça, l’inquiéta, tout comme cette main qui le retenait à l’épaule. Instinctivement, sa queue se plaça entre ses jambes, jambes bien droite, prête à détaler au moindre signe de danger après une morsure d’avertissement... Heureusement, il y eu cette caresse, tendre, sur la joue. D’ailleurs elle était tout douce sa main, même pour un homme.

« Et bien, Tony, je serais curieux d'entendre cette si longue histoire, cependant rien ne presse. Pour le moment j'ai d'autres projets en tête vois-tu. »


D’autre projet… genre acheter de nouveau du pain au curry ? Oh, que se serait bien ça ! Mais apparemment, ce n’est pas ce qu’il avait en tête. La caresse disparut et l’une de ses mèches se retrouva kidnappée par l’individu. Ha, la honte, le gène ! Il n’avait pas eu l’occasion de prendre un bon bain depuis plusieurs jours, il ne devait pas sentir aussi bon que ça du coup ! Et ce n’était pas quelques coud de langue et un petit passage sous la pluie qui vous donnez la propreté des gens normaux… Il n’allait sans doute pas être content se gars là et si Tony l’avait put, il n’y a aucun doute qu’il se serait caché dans le mur, pas du tout fière de son état. Pas propre = pas de nourriture, non ?

Monsieur, monsieur…. Devenait femme ! Le voilà…enfin là voila, plus petite, plus féminine, à poitrine et  qui se mettait à se coller a lui. S’en était… effrayant et curieux à la fois. Comment il… elle… bref, comment ça pouvait changer de forme, passer de mâle en femelle ? Et impossible, en plus, de se servir de l’odorat pour vérifié vraiment le sexe de cette être qui le collait, plaquant bien sa poitrine contre son torse.  Finalement, seul ses vêtement étaient resté tel quel, étant du coup un peu trop grand pour la demoiselle.

« Dis moi Tony, t'as-t-on déjà initié au plaisir ? »


Plaisir ? Quel genre de plaisir ? Celui de manger, des caresses, de la tranquillité ou de s’amuser ? Et zou, la voici qui vient glisser un doigt sur les lèvres du méta.

« Vois-tu, je suis un ange et en tant que tel, je peux t'apporter des sensations que tu n'imagines même pas exister. »
Elle sourit. « Préfères-tu les hommes ou les femmes, Tony ? »

Heu… un ange… des sensations… une préférence…. Là, c’était le bazar dans la tête du petit loup. Un ange… bon, d’accord, pas vraiment de doute, un ange, c’est gentil, donc ça donne des pains au curry. Mais ou sont les ailles ? Et l’auréole ? Et la lumière qui les entours ? Puis un ange n’est-il pas sensé être chaste, donc éviter toute relation, toute sensation ?

« Alors ? »


Alors, alors…. Ba alors, il se frotte la nuque, troublé, ça, il faut le dire. Pourquoi faut-il que tout lui tombe dessus en un coup ? Première rencontre avec un ange et première proposition indécente… enfin, première depuis la disparition de son maitre. Quoi que, cette fois, plus de claque derrière la tête si il venait se blottir entre ses seins, comme il le fessait avec la femme de chambre. Blottir en toute innocence bien sur, c’est juste que c’était moelleux, comme un bon coussin.

Finalement, il l’éloigna en la poussant tout doucement par la taille – et oui, les femelles, s’est fragile – tout en secouant la tête :

« Désolé, je peut pas faire ça. »


Petit sourire gêné pour plein de raisons de refuser, mais le bon point, s’était qu’il trouvait bien plus facile a décliner quand l’ange était sous forme femelle que mâle. S’il le trouvait moins inquiétant sous cette forme là, il le trouvait moins attirant aussi et bien plus, bien trop, fragile. Il avait beau n’avoir jamais eue droit à toucher une femelle, il n’en savait pas moins dans quel états elle sortait de leurs ébats, généralement griffer et mordu. Faut dire que les mâles de la demeure de son maitre n’étaient pas des tendres, surtout son père. Espérons qu’il n’est pas tenue de lui dans ses moments là, m’enfin, de toute façon, il ne comptait pas prendre le risque de le savoir. C’est avec un regard curieux et admiratif, qu’il rajouta :

« Mais je veux bien voir les aaaaa… »


Rapidement, il sortit un mouchoir de sa poche qu’il plaqua contre son nez avant de se retourne pour ne pas lui éternuer dessus. Il s’en suivit trois conséquence, une bonne pour deux mauvaises : la bonne s’est que du coup, sa queue s’était enfin envoler, laissant un vide sous son manteau, hélas, ses oreilles, elles, aux poils noirs, s’en retrouver sortit et désormais c’était la migraine qui lui occupé les pensées. C’est donc avec une voix plus fatigué qu’il termina sa phrase :

« …ailes d’un ange. »



{ps: désolé pour, les fautes, pas eu le temps de corrigé ><"}

Crédit: Cali' in Epicode
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Petit nonos pour un petit toutou ? [PV : Tony]   Aujourd'hui à 19:09

Revenir en haut Aller en bas
 

Petit nonos pour un petit toutou ? [PV : Tony]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Recherche d'un MJ pour scénariser un petit truc sympa.
» Petit cuvier pour deux - Cuvier "est"
» [Jour I] Pour faire partie du « petit noyau », du « petit groupe », du « petit clan » des Verdurin ...
» Petit LS pour Fiche de RP !
» Un petit coup de pouce pour la promo d'un livre ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji New World :: Welcome in London! :: Londres :: Grand-Place-